Claude Vivier

Claude VivierDe 1966 à 1971, Claude Vivier a étudié la composition avec Gilles Tremblay et le piano avec Irving Heller au Conservatoire de musique du Québec à Montréal. Gräce à des bourses du Conseil des Arts du Canada, il a pu travailler avec Gottfried Michael Koenig à l'Institut de sonologie d'Utrecht et avec Paul Méfano, à Paris. De 1972 à 1974, le jeune compositeur étudie avec Stockhausen à Cologne et, sous son influence, abandonne l'approche structuraliste pour adopter un style plus personnel, qui repose sur la voix et l'écriture homophonique. En 1977, à la suite d'un voyage en Asie, Claude Vivier élabore une nouvelle conception de la composition dans laquelle la dimension spirituelle du geste musical prend une importance prépondérante. En 1980, il compose deux de ses oeuvres les plus réussies : Lonely Child pour soprano et orchestre de chambre, et Zipangu pour orchestre à cordes. En 1981, le Conseil canadien de la musique lui remet le prix du compositeur de l'année. En 1982, M. Vivier s'installe à Paris où il entreprend la composition d'un deuxième opéra, mais meurt tragiquement à l'äge de 34 ans. Il venait d'achever Trois Airs pour un opéra imaginaire, qui a été joué à titre posthume au Centre Georges-Pompidou, puis à Berlin en 1988.

Claude Vivier a reçu le soutien financier de la SMCQ, de l'Orchestre symphonique de Montréal, du Secrétariat d'État à la Culture de France, de l'Orchestre national des jeunes du Canada, du Toronto Festival Singers, etc. Sa musicographie se compose de quelque 40 oeuvres qui ont marqué le monde de la musique contemporaine et font partie des oeuvres universellement reconnues de nos jours. À propos de l'oeuvre de Claude Vivier, le critique et musicologue Harry Halbreich a écrit : « Sa musique ne ressemble à aucune autre et elle peut difficilement être comparée aux autres courants musicaux. Directe et tumultueuse, sa musique a même le pouvoir de captiver les béotiens qui manquent assez de sensibilité pour ne pas reconnaĆ®tre le génie de ce compositeur. Claude Vivier a trouvé ce que tant d'autres ont cherché et cherchent encore : le secret de la vraie simplicité »

(Harmonie-Panorama Musique, avril 1983).

Claude Vivier studied composition with Gilles Tremblay and piano with Irving Heller at the Conservatoire de musique du Québec in Montreal, from 1966 to 1971. With grants from the Canada Council, he worked with Gottfried Michael Koenig at the Utrecht Institute of Sonology and with Paul Méfano in Paris. He studied as well in Köln with Stockhausen from 1972 to 1974. It is through this contact that the young composer abandoned his structuralist approach to embark on a more personal style, based upon the voice and homophonic writing. Following a trip to Asia in 1977, Vivier developed a new compositional vision where the spiritual dimension of a musical gesture becomes one of its fundamental components. In 1980, Vivier composed two of his most accomplished works: Lonely Child for soprano and chamber orchestra, and Zipangu for string orchestra. In 1981, the Canadian Music Council granted him the Composer of the Year prize. Vivier left for Paris in 1982 where he undertook the composition of a second opera, when he died tragically at the age of 34. He had just completed Trois Airs pour un opéra imaginaire, performed in a posthumus concert at the Georges- Pompidou Centre and again in Berlin in 1988.

Vivier was commissioned numerous works by SMCQ, the Orchestre symphonique de Montréal, le Secrétariat d'État à la Culture de France, the National Youth Orchestra and the Toronto Festival Singers, amongst others. His catalogue consists of some 40 works which are considered as landmarks of the contemporary music scene and which constitute a corpus universally recognized today. On the subject of Vivier's work, critic and musicologist Harry Halbreich wrote: "His music is like no other, and resists facile grouping with other musical trends and currents. Direct and tumultuous, his music captivates all but the coolest of hearts who may be unwilling to acknowledge his marginal genius. Claude Vivier found what so many others sought and still seek: the secret of true simplicity"

(Harmonie-Panorama Musique, April, 1983).

-Martine Rhéaume