LESAGE


La mémoire equivoque (1996)

pour violon et piano

L'art de la dialectique, dans lequel chaque élément est révélé par son contraire et l'élément théâtral devient un mode de vie, est présent dans La Mémoire équivoque pour violon et piano. Le plus grand défi pour le compositeur virtuose a été d'assurer l'unité du dialogue, qui semble à la première écoute manquer de continuité, dans la mesure où les idées entrent sans cesse en collision et où l'élan est constamment brisé. Lesage a repris aux compositeurs baroques Frescobaldi, Buxtehude et d'Anglebert le flux rapide d'idées contrastantes, la conception de la mosaïque formelle et les brusques variations d'ambiance. Les moments plus lents et plus calmes sont interrompus par les visions choquantes et les souvenirs resplendissants de tourments primitifs, comme les rêves dérangeants chers aux peintres et aux poètes surréalistes.

The art of dialectic, in which each element is revealed against its opposite, and in which the theatrical element is cultivated as a way of life, is found in La Mémoire Équivoque for violin and piano. The very obvious challenge here for the virtuoso composer lies in assuring unity within the dialogue, which appears on first hearing as lacking continuity, as ideas repeatedly collide and the momentum is continually broken. Lesage has absorbed from Baroque composers Frescobaldi, Buxtehude, and d'Anglebert a swift flow of contrasting ideas, a conception of a formal mosaic, and abrupt variations of atmospheres. Slower, calmer moments are interrupted by shocking visions, dazzling memories of the primeval torment, such as the disquieting dreams so dear to surrealist painters and poets.

–Jean Boivin