FERGUSON


Ex Asperis

Ex Asperis est un concerto pour violoncelle avec ensemble et musique électronique en direct. Il a été composé pour la jeune virtuose du violoncelle Chloé Dominguez. La partie solo de l'oeuvre s'inspire partiellement de Miroirs, une oeuvre pour violoncelle, musique électronique en direct et vidéo que Melle Dominguez a joué pour la première fois en novembre 2007, à Grenoble, en France. Dans Ex Asperis, la partie électronique de la musique est contrôlée par les gestes des interprètes. Plus exactement, le son est spatialisé par l'intermédiaire de haut-parleurs en fonction des divers capteurs qui sont posés sur les exécutants. Par exemple, le mouvement des bras de la violoncelliste est enregistré et analysé de façon à évaluer l'énergie dépensée par l'artiste et à contrôler le degré d'immersion de la musique dans l'espace. Un autre instrumentiste utilise un contrôleur mains libres pour répartir dans l'espace le son produit par les musiciens de manière à créer une acoustique en trois dimensions. L'acoustique est alors modifiée en temps réel par compression, expansion, rotation, élévation et abaissement, etc. La partie électronique de cette oeuvre a été conçue dans le cadre du projet Digital Orchestra, financé par le Fonds de recherche sur la société et la culture. La conception du système de contrôle de la spatialisation par les gestes a bénéficié de l'Initiative en nouveaux médias du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et du soutien du Conseil des Arts du Canada. Le titre de l'oeuvre est dérivé de la devise du clan auquel appartenait ma famille : dulcius ex asperis (plus douce est la vie après l'adversité). Pour Sherry.

Ex Asperis is a concerto for cello with ensemble and live electronics. It was written for the young cello virtuosa Chloé Dominguez. The solo part of the work is based partly on Miroirs, a work for cello, live electronics and video that was premiered by Ms. Dominguez in November 2007 in Grenoble, France. In Ex Asperis, aspects of the live electronics are controlled by performance gestures. In particular, sound is spatialized over loudspeakers according to the output of various sensors attached to the performers. For example, the motion of the cellist's arms are captured and analyzed to provide an estimation of the overall performance energy of the artist, which in turn is used to control the degree of spatial immersion of the music. Another performer uses a hands-free controller to distribute the sound of the musicians in space to create a three-dimensional auditory scene. This scene is then manipulated in real time by compression, expansion, rotation, raising and lowering, etc. The live electronics for this piece were created as part of the Digital Orchestra Project, funded by the FQRSC. The development of the system for gestural control of spatialization was supported by the New Media Initiative of NSERC and the Canada Council for the Arts. The title of the piece is derived from my family's clan motto: dulcius ex asperis (sweeter after adversity). For Sherry.

-Sean Ferguson