M. MATALON


La Makina

La Makina est construite autour de 7 sections enchaïnées de durées inégales. Certaines de ces sections sont parfois très brèves et d'autres relativement longues. Cette articulation formelle est à l'image des formules rythmiques du dernier mouvement, qui donne le titre à l'oeuvre. Trois problématiques compositionnelles ont été au coeur de mes préoccupations en ce qui a trait au déroulement formel de cette pièce:

1. l'opposition créée par l'usage du temps lisse et du temps strié (ou temps suspendu - temps pulsé)

2. les contrastes entre les textures de densité très diverses

3. la complémentarité harmonique créée par le rapport de registres souvent aux antipodes.

C'est dans la dialectique et l'interaction de ces problématiques que la forme de la Makina s'est échafaudée.

-Martin Matalon

La Makina is constructed around 7 inter-connected sections of various lengths. Some of these sections are very brief while others are relatively long. The connectedness of the form is modelled on the rhythmic phrases of the last movement, for which the piece is named. Three compositional problems were foremost in my mind in terms of the development of the form of this piece:

1. the opposition created through the use of continuous time and discrete time (suspended time – pulse time)

2. the contrasts between textures of various density

3. the complementary harmonies created by the relationship between often extreme registers.

The form of Makina comes about through the dialectic and interaction of these problems.

-trans. Martine Rhéaume